L’appel au boycott des dattes israéliennes jugé dangereux

Le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) est inquiet. En cause: l’appel au boycott des dattes israéliennes lancé, voici quelques semaines, par la Coordination Boycott Israël (Cobi), dans plusieurs communes bruxelloises (Le Soir du 18 et du 21 août). “Ces actions sont de nature à troubler l’ordre public et de dresser la communauté musulmane contre la communauté juive”, s’insurge le président du CCOJB, Joël Rubinfeld.

Les militants de “Boycott Israel” distribuent régulièrement des tracts dans les marchés et auprès de grossistes de dattes. Et appellent le public à ne plus acheter de produits “en provenance de colonies israéliennes situées en Cisjordanie occupée”. Des colonies “illégales au regard du droit international”, estime la Cobi. Trois communes (Bruxelles-Villes, Forest et Molenbeek) autorisent ces actions. Trois autres ont pris une ordonnance de police pour les interdire (Anderlecht, Saint-Gilles et Schaerbeek). Jusqu’ici, tout s’est déroulé sans incidents.

Mais pour le CCOJB, ce boycott est un “facteur de division”. Il y voit une forme “d’importation du lointain conflit israélo-arabe” et dénonce une “représentation simpliste et partiale” qui ne peut “qu’alimenter la violence antisémite verbale et physique dans nos rues”.

Joël Rubinfeld ne se déclare pas opposé au principe du boycottage, mais craint les effets (in)directs: “La liberté d’expression est un droit, mais il faut aussi un sens des responsabilités. Le ramadan est un mois de paix, de recueillement. Rien ne sert de diaboliser Israël et de renforcer un climat qui est déjà délétère à certains égards”.

Et Joël Rubinfeld de rappeler le nombre élevé d’actes antisémites – une soixantaine recensés durant le 1er trimestre 2009 via le site www.antisemitisme.be – “qui sont souvent le fait de jeunes Belges de confession musulmane. Rien ne sert de mettre de l’huile sur le feu”, conclut le président du CCOJB.


Article de Hugues Dorzée paru dans Le Soir du 27 août 2009

Le Soir, 27 août 2009