Un résistant rescapé de la Shoah demande réparation à l'Etat belge

L'avocat Michel Graindorge a plaidé mercredi devant la Commission d'appel des Pensions de réparation pour prisonniers politiques le droit pour son client Menasza Rozenbaum, ancien résistant juif rescapé de la Shoah, à une pension de réparation en qualité de prisonnier politique.

Une vingtaine de sympathisants étaient venus devant la commission soutenir l'ancien résistant Menasza Rozenbaum, 91 ans, épinglés d'une étoile jaune et tricolore, «afin de rappeler le rôle de l'Etat belge dans les persécutions faites aux juifs», explique Dr. Eric Picard, administrateur de l'Association pour la Mémoire de la Shoah.

Joël Rubinfeld, l'ancien président du Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB), était également venu donner son appui à M. Rozenbaum.

Me Graindorge a notamment déclaré aux commissaires «de manière ferme mais sereine» qu'il aurait recours à «tous les leviers nationaux puis internationaux», pour faire bénéficier son client d'une pension de réparation en cas de refus.

«Nous demandons à la Belgique un nouvelle loi», poursuit Eric Picard. La loi du 14 janvier 2006, en application de laquelle M. Rozenbaum a été reconnu symboliquement en qualité de prisonnier politique et résistant armé, a selon lui «rouvert les débats». «L'article 6 de cette loi stipule que cette reconnaissance ne donne droit à aucune pension de réparation. La commission devrait donc statuer en défaveur du plaignant», analyse-t-il. Une décision devrait tomber rapidement, dans maximum un mois.

Belga

Crédit photo © B. Swiatlowski