Question à Leïla Shahid

«En 1947, l'ONU recommandait la création d'un État juif et d'un État arabe lors du vote de la résolution 181. L'Autorité palestinienne souscrit-elle au projet porté par la communauté internationale de «2 États pour 2 peuples», l'un juif, l'autre arabe?». Telle est en substance la question posée par Joël Rubinfeld à Leïla Shahid, déléguée générale de l'Autorité palestinienne auprès de l'Union européenne, dans l'émission «Le Bar de l'Europe» (TV5 Monde) du 17 septembre 2011.

VERBATIM

La résolution 181 de l'ONU votée en 1947 recommandait la création, je cite, «d'un État juif et d'un État arabe». L'année suivante, l'État d'Israël était créé tandis que les pays arabes, rejetant cette résolution, ont empêché l'établissement d'un État arabe aux côtés de l'État juif.

La Palestine, dont vous comme moi espérons l'émergence prochaine, sera l'État-nation du peuple palestinien et c'est comme tel qu'elle sera reconnue tant par Israël que par le reste de la communauté internationale.

Israël, qui est l'État-nation du peuple juif attend des Palestiniens qu'ils le reconnaissent en tant que tel.

L'Autorité palestinienne, que vous représentez ici à Bruxelles, y est-elle disposée? En d'autres mots, l'Autorité palestinienne souscrit-elle au projet porté par la communauté internationale de «2 États pour 2 peuples», l'un juif, l'autre arabe?